Aperçu des sections

  • Généralités

  • Théâtre- Etudes en 2014-15



                            

    C'est quand la rentrée ?----  Réunion le lundi 15 septembre à 18h 30 au Labo-Théâtre


    FAIRE du Théâtre :


    •    en STPI 1


    Quand ?

    -   au semestre 1, découvrez la section Théâtre-Etudes.

    dans 4 ateliers de 2h30 chacun, les jeudis 20 et 27 novembre.

    au programme : la voix, le déplacement dans l'espace, le mime, l'improvisation, etc ...

    Pas de validation dans le cursus.

     

    au semestre 2, pratiquez le théâtre en STE Initiation.

    en atelier hebdomadaire de 2hle lundi soir ( 18h30-20h30) ou le jeudi ( 17h30-19h30)

    (28h par semestre), avec invitation à 2 spectacles gratuits et 5h d'histoire du théâtre.

    Validation en UE Humanités.



    • en STPI 2 ou en département de spécialité

                                  Vous avez déjà fait du théâtre à l'Insa ou ailleurs?

    Intégrez la Section Théâtre-Etudes (STE) en :

     

    ·EC- STE Jouer pour travailler le jeu théâtral, le mercredi soir 18h30/ 20h30 ou le jeudi 19h30/21h30. 28h par semestre avec engagement sur 2 semestres.

    ·ou EC-STE Spectacle pour faire l'expérience de la création d'un spectacle jusqu'à la représentation. Travail exigeant mais expérience inoubliable ! (45h / semestre/ mardi soir et quelques samedis)

    + invitation à 3 spectacles et 5h d'analyse des spectacles.


                              Vous aimeriez découvrir ce qu'est le théâtre.

     

    Au semestre 4, rejoignez l'EC-STE Initiation :

    28h de formation en atelier hebdomadaire de 2hle lundi soir (18h30-20h30) ou le jeudi(17h30-19h30)

    + invitation à 2 spectacles gratuits et 5h d'histoire du théâtre.


    Où ? au Labo-Théâtre, bâtiment Magellan.

     

    Avec qui ?Les comédiens de la Compagnie Catherine Delattres.

     

    Validation en UE Humanités ou candidat libre

    Pour plus d'informations, merci de contacter catherine.legall@insa-rouen.fr



    VOIR du Théâtre :

       

    Les spectacles que les étudiants de Théâtre-Etudes iront voir en 2014-15 ...


    Spectacles pour les ECAO STE Jouer / STE Spectacle 


    1-     Warms


    lundi 6 octobre (CDN)- 20h- Théâtre des 2 Rives


    Performance acrobatique

    Deux murs de projecteurs de chaque côté du plateau. Au centre, deux acrobates en équilibre. En écho, la voix obsédante d'une femme qui dit un texte érotique. L'intensité lumineuse augmente, la chaleur aussi. Le duo de main à main résiste et lutte pour tenir. Tenir malgré le trouble, la chaleur étouffante des projecteurs, la transpiration. Tenir, alors que la voix invite ailleurs, à la sensualité, à l'abandon, à l'écroulement...

    Cette performance, écrite pour un porteur et un voltigeur, est interprétée par Edward Aleman et Wilmer Marquez, deux acrobates colombiens des plus étonnants.Ils sont accompagnés par la comédienne Séverine Ragaigne qui fait résonner le poème sonore aux mots crus de Ronan Chéneau. Une déclaration d'amour, un rêve de jeune femme, un fantasme sexuel. Plus la chaleur augmente (l'espace performatif atteint les 45° !) et plus les acrobates se mettent à transpirer, rendant tout porté presque impossible. La chaleur enveloppe aussi la comédienne. C'est elle qui invoque la présence des deux acrobates, elle qui les pousse à tenir, elle qui cherche à assouvir jusqu'au bout son désir de corps, de peau, de sueur et de douleur. Et pour les spectateurs en salle, la température monte aussi !

    installation et direction David Bobée /texte Ronan Chéneau/ avec Séverine Ragaigne, Edward Aleman et Wilmer Marquez.


    2-    Métamorphose


    jeudi 13novembre -20h -Théâtre de la Foudre-

    Spectacle pour 4 comédiens et un robot !

    Avec la nouvelle technologie androïde, Oriza Hirata donne un nouveau souffle au roman de Kafka écrit il y a près de cent ans. Le CDN et le festival Automne en Normandie s'associent pour offrir au public haut-normand cette création  originale par l'un des plus grands metteurs en scène japonais.

    Un matin, dans un futur proche, Gregor Samsa se réveille sous la forme d'un androïde. Son corps a la forme d'un corps humain mais une enveloppe transparente laisse apparaître la mécanique qui le meut. Le père de Gregor (Jérôme Kircher), sa mère (Irène Jacob) et sa jeune sœur (Laetitia Spigarelli), après une période de doute et de circonspection, vont tacher d'apprivoiser leurs peurs et leurs questionnements face à ce nouvel état de Gregor, cet autre Gregor. Gregor lui-même s'interrogera sur ce qu'il est devenu. Le cinquième personnage de la pièce est le locataire qui est un réfugié de guerre interne en médecine et qui sera une sorte de catalyseur de tous les questionnements soulevés dans la pièce. L'action se déroule sur fond de crise sociale et économique et de « guerre en Méditerranée », conflit dont on ne sait plus vraiment pour quelle raison il a débuté...

    Immense figure de la littérature dite de « l'absurde », Franz Kafka pose dans son chef d'œuvre La Métamorphose la question philosophique de l'existence humaine et de l'altérité. La mise en scène du japonais Oriza Hirata a pour originalité d'associer un androïde à des comédiens et s'inscrit dans le développement d'un projet expérimental (le Robot Theater Project) mené à l'Université d'Osaka depuis cinq ans, Un théâtre d'un nouveau genre.

    Rencontre avec Oriza Hirata, metteur en scène, le jeudi 13 novembre à l'issue du spectacle.


    d'après La Métamorphose de Franz Kafka / adaptation et mise en scène Oriza Hirata / développement des androïdes Professeur Hiroshi Ishiguro/ traduction Mathieu Capel assisté d'Hirotoshi Ogashiwa /scénographe Itaru Sugiyama/ lumière Aya Nishimoto / son Yuta Senda /directeur robot Takenobu Chikaraishi (Laboratoire Hiroshi Ihiguguro de l'Université d'Osaka / Centre Universitaire d'Osaka pour le design et la communication)
    avec Gregor Samsa Repliee S1 (un androïde), Irène Jacob (La mère), Jérôme Kircher (Le père), Laetitia Spigarelli (La sœur), Thierry Vu Huu (Le locataire) /voix et mouvements de l'androïde Thierry Vu Huu.

     

    3-   Lucrèce Borgia


    jeudi 11 décembre (CDN)-Théâtre de la Foudre- 



    Sur un plateau d'eau, comédiens, danseurs et acrobates, toutes origines confondues, portent l'oeuvre puissante de Victor Hugo. David Bobée nous offre à voir un théâtre généreux et transdisciplinaire. Ouvert sur le monde et sa diversité de langues, d'accents, de cultures, de pratiques. Un théâtre populaire au sens le plus noble du terme. Béatrice Dalle s'y donne entière et généreuse pour son premier rôle au théâtre.

    Lucrèce Borgia est cette empoisonneuse, incestueuse, fille de pape et de courtisane à la réputation sulfureuse et détestable. Elle avance démasquée dans un monde masculin et violent. Victor Hugo dessine un personnage aussi fascinant que répugnant. Restait à trouver une comédienne à la mesure de ce rôle de passion et de sang. David Bobée a choisi Béatrice Dalle. Forte d'une filmographie puissante, intuitive, déstabilisante, la comédienne a su imposer une personnalité qui de façon évidente peut dialoguer d'égale à égale avec Lucrèce Borgia.

    « Béatrice est avant tout une personne entière, intègre, généreuse, puissante, drôle et fragile.
    Elle affirme au monde une nature irréductible. Une humanité debout. Une réalité que je rêve de mettre en scène, d'étudier passionnément, de côtoyer, de présenter amoureusement au public. » À ses côtés, l'acteur et acrobate Pierre Cartonnet, s'éloignant de la figure du jeune homme romantique, propose une lecture animale du rôle de Gennaro dont la monstruosité est perceptible dès l'ouverture. Créée cet été en plein air au château de Grignan, la pièce est reprise en salle avec pour tout décor, un mur de projecteurs à la verticale apte à refléter les corps en mouvement dans l'eau noire qui recouvre le plateau, à éblouir parfois violemment comme le peut la vérité ou, au contraire, à napper d'ombre et de contre-jours ce qui doit être tu. Dans cette version de Lucrèce Borgia, David Bobée nous donne à redécouvrir l'oeuvre de Victor Hugo avec les outils qui sont les siens, ceux de son époque, ceux qu'il a affirmés tout au long de ses précédentes créations en croisant le théâtre, la danse, le cirque, la musique, la vidéo... Une diversité que l'on retrouve dans les différentes origines des acteurs qui offrent à la langue hugolienne la beauté des accents de la France d'aujourd'hui.

    Rencontre avec l'équipe artistique le jeudi 11 décembre à l'issue du spectacle.


    d'après Victor Hugo /mise en scène et scénographie David Bobée /assistanat à la mise en scène et dramaturgie Catherine Dewitt /avec Marc Agbedjidji, Jérôme Bidaux, Pierre Bolo, Pierre Cartonnet, Béatrice Dalle, Catherine Dewitt, Alain d'Haeyer, Mickaël Houllebrecque, Radouan Leflahi, Marius Moguiba, Juan Rueda / composition musicale, chant Butch McKoy

     Textes de présentation extraits de http://www.cdn-hautenormandie.fr.



     

    Spectacles pour STE INITIATION  au semestre de printemps

     

    1- L'Etourdi de Molière


    jeudi 26 mars2015-à Espace Culturel F. Mitterrand - Canteleu


    «  Catherine Delattres s'est beaucoup penchée sur les textes de Tchekhov, Marivaux, Corneille. Elle a mis en scène Cocteau, Ionesco, Feydeau, Labiche. Jamais Molière. C'est chose faite. Pour cette première, la metteur en scène a préféré les premières comédies de Molière. « Molière élabore un schéma de farces qu'il a emprunté aux Italiens. Il affirme son style. On sent que tout est en gestation ». 

    Le théâtre du rire. L'Etourdi est « une pièce de plaisir, de gags, de fantaisie et de malice. Le rire, c'est la chose la plus difficile au théâtre. Quand on répète, on ne sait pas si le gag fonctionne. Tout est une question de timing, de rythme, d'équilibre. Cela se travaille et se travaille encore avec le public qui est un partenaire total. Avec ce théâtre, la réponse est immédiate ». Pour Catherine Delattres, « Molière a une écriture scénique. Il a écrit à partir d'improvisation et il a dû répéter avant de finaliser cette écriture. L'Etourdi est une pièce de tréteaux. Nous avons gardé cet esprit de tréteaux. Nous utilisons les masques de la commedia dell'arte. Nous repartons aux sources du théâtre ».

     Un duo de clown. Avec cette pièce, Catherine Delattres retrouve sa troupe et forme un duo de clowns avec Nicolas Dégremont (Mascarille) et Florent Houdu (Lélie). Il lui fallait un Mascarille qui a « un peu de bouteille parce qu'il parvient à tromper tout le monde. Il connaît la comédie humaine. Il en a déjà fait l'expérience. Il fait aussi honneur à la fourberie. On est dans la filiation de Figaro qui sera le valet ultime, révolutionnaire ».Face à l'énergique Nicolas Dégremont, il y a Florent Houdu, « plein de candeur et d'enfance. Il a le syndrome de l'échec. Il vit dans l'autodestruction. Pourtant, on lui sert son bonheur sur un plateau. Mais, il a une telle candeur qu'on lui pardonne tout ».

    L'un construit, l'autre déconstruit. C'est l'histoire du clown blanc et de l'Auguste.   (Texte de présentation extraits de : http://www.relikto.com.)


    directionCatherine Delattres/ avec Bernard Cherboeuf ,Nicolas Dégremont, Florent Houdu, 

    Angelo Jossec ,Lisa Peyron ,Lauren Toulin 

     

    2- Sur le sentier d'Antigone

    vendredi 10 avril 2015- au Rive Gauche- 

    Séraphin, clown tendre et visionnaire, entouré de ses deux anges gardiens, raconte à sa manière l'histoire d'Antigone. Le récit, d'après Sophocle, n'élude rien du destin tragique de l'héroïne, qui s'oppose au pouvoir (Antigone, malgré l'interdiction du roi Créon, accomplit les rites funéraires pour son frère Polynice). Mais le narrateur distille par ses interventions, ses adresses au public et son interprétation des différents rôles un discours savoureux, oscillant entre humour et sagacité. Valérie Bournet joue alternativement Séraphin, Antigone, Créon, Hémon (représenté par un grand manteau avec lequel elle danse), Ismène (magnifique dialogue de sœurs). Elle étonne tout au long de la pièce par sa capacité à être toutes les voix, toujours juste et à bonne distance des personnages incarnés et du public. Une Antigone à suivre ! (texte de Françoise Sabatier-Morel / extrait de http://sortir.telerama.fr)


    Metteur en scène Philippe Car / avecValérie Bournet , Lucie Botiveau, Marie Favereau.

     



    BON SEMESTRE de THEATRE !


    Catherine Le Gall -

    Responsable de la section Théâtre-Etudes

    Département des Humanités

  • Section 2

    • Section 3

      • Section 4

        • Section 5

          • Section 6

            • Section 7

              • Section 8

                • Section 9

                  • Section 10